Make your own free website on Tripod.com
Le coin des Poètes
Message de la Tendresse

Une nuit, j'ai fait un rêve.
Je cheminais sur la plage, côte à côte avec le Seigneur.
Nos pas se dessinait sur le sable,
laissant une double empreinte,
L'idée me vint - C'était un songe - que chacun de nos pas représentais un jour
de ma vie.
Je me suis arrêté pour regarder en arrière.
J'ai vu toutes ces trace qui se perdaient au loin.
Mais je remarquais certains endroits, au lieu de deux empreintes,
il n'y en avait qu'une.
J'ai revu le film de ma vie. Oh surprise!
Les lieux à l'empreinte unique correspondaient aux jours les plus sombres
de mon existence.
Jours d'angoisses ou de mauvais vouloir;
Jours d'égoïsme ou de mauvaise humeur;
Jours d'épreuves et de doutes; jours intenables...
Jours où moi aussi, j'avais été intenable.
Alors, me tournant vers le Seigneur,
J'osai lui faire des reproches:
"Tu nous as pourtant promis d'être avec nous tous les jours!
Pourquoi n'as-tu pas tenu ta promesse?
Pourquoi m'avoir laissé seuls aux pires moments de ma vie?
Aux jours où j'avais le plus besoin de ta présence!"
Mais le Seigneur m'a répondu:
"Mon ami, les jours où tu ne vois qu'une trace de pas
sur le sable,
ce sont les jours où moi, je te portais dans mes bras."

Inconnu

Tout en étant le plus grand

Etant le plus grand des grands,
Il s'est fait tout petit pour toi,
Il est né dans une étable,
Sa grandeur est immesurable.
Pour montrer sa modestie,
Notre Grand Maître s'abaissa,
En donnant même sa vie,
Pour te sauver toi et moi.

Il est mort au pied du Calvaire,
Malmené, cloué, sur une croix
Pire que s'il était un gangster
Lui qui est le "Roi des rois".

D'une couronne d'épines,
Qui lui blessa son Saint front,
Sur sa tête tant divine,
On lui posa sans raison.

Oh! Quelle affreuse agonie!
A passé mon rédempteur,
Mon âme pour lui endolorie,
Souffre de son triste sort.

La promesse est accomplie,
Pour nous, il s'est sacrifié,
Pour que nos pécheresses vies,
Et notre âme soit sauvée.
Il n'est point mort aujourd'hui,
Il est vivant à tout jamais,
Je l'aime et je le glorifie,
"Jésus-Christ est réssuscité."

Si mon corps est infirme à vie,
Grâce à lui, j'arrive à surmonter,
Tout les aléas que m'inflige la vie,
C'est "Jésus" qui me fait aimer.
Paquita Rocchia
Le 31/03/02



Coin Poète 1